Astéroïdes

De Puyuan à Hangzhou, nous sommes plongées dans un monde évanescent, changeant, éphémère. Tout semble aller très vite, les quartiers sont habités, déshabités. La ville est en perpétuelle évolution, ici plus encore qu’ailleurs.
Astéroïdes est une tentative de capture de ce monde changeant qui semble s’effacer à la vitesse où il se construit.

« les astéroïdes sont des petits corps du système solaire composés de roche, de métaux et de glace, de formes irrégulières dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à quelques centaines de kilomètres. […] On suppose que les astéroïdes sont des restes du disque protoplanétaire qui ne se sont pas regroupés en planètes pendant sa formation. »
Ils sont en cela à l’image de ces pierres dans les jardins chinois, lieux magiques, cosmos miniatures qui recréent l’image d’une nature idéale. Ces pierres qui évoquent l’incertitude et le wei.

Ainsi à partir de ces fragments de chantier, j’ai souhaité construire un espace, un jardin urbain mettant l’accent sur quelques vies déplacées.
Chacun de mes astéroïdes est le reste d’un petit monde, d’une maison, d’un foyer.
Chacune de ces roches en suspension est une scène de théâtre à laquelle appartient une histoire.

Cet espace n’est pas fixe, il est sans origine ni destination, à l’image des lieux dans lesquels nous nous sommes déplacés où tout ne semblait qu’illusion. Les habitants passaient, s’évanouissaient, réapparaissaient…

20 dessins au fusain,
formats variables
entre 100 et 200 cm